L'enfer, c'est les autres

Kate Moche.

On assiste depuis quelque temps à une –petite- tentative de révolution des moeurs (mon clavier me suggère « morue », éloquent hasard) qui demeure cependant lettre morte, dieu merci.

« Scandaleuses » seraient ces couvertures mettant en scène des mannequins aux mensurations idéales. « Inacceptables » seraient ces publicités photoshopées affichant des visages cristallins. « Mensongères » seraient ces images de filles parfaites qu’on utilise comme portes manteaux des marques. Puisque retouchées, puisqu’arrangées, puisque maquillées, elles vendraient une fausse réalité et pousseraient les femmes physiquement ordinaires vers une quête de perfection inaccessible.

Pourtant, l’essence même d’une publicité n’est-elle pas de faire rêver ? Le principe de mise en valeur ne repose t-il pas justement sur le fait de créer un univers attrayant pour l’œil du consommateur ? A t-on jamais reproché à un peintre d’utiliser les tons les plus appropriés pour son oeuvre, sous prétexte que l’ensemble de la palette de couleur est plus terne ?

Kate moche.png
Crédit illustration : Alizée Tang Taye

Car l’ensemble des femmes lambda, c’est la palette. Elle est plus terne que les Top Model, évidemment. Moins scintillante, moins tape à l’œil. Plus quelconque, en somme. Et au lieu de l’accepter, la palette veut briller aussi fort. Aveuglée par ses complexes, elle en oublie son objectivité et essaie de convaincre ses consoeurs en surpoids qu’elles ont aussi une place dans le monde clôturé du mannequinat. Qu’il faut faire évoluer les mœurs. Changer les normes. Revoir les critères esthétiques de beauté à la baisse pour qu’ils correspondent à des cibles plus larges.

Pour se rassurer, elles usent aussi de prédicats injustifiés : « Mannequins gaulées = anorexie assurée », « Mannequins grande taille = bonne santé ». Alors : non. Non, non et non. Pourquoi les thons ne seront jamais Top Model ? Parce qu’on n’a pas envie de se rappeler à quel point la vie est chiante et cruelle, tout simplement. Pourquoi les grosses ne défileront-elles jamais sur un podium ? Car le spectateur veut rêver et non pas voir miss saucisse traîner fièrement ses excès de charcuterie sous les projecteurs. Eh oui, c’est ça le 8ème art. Tout le monde ne peut pas être mannequin comme tout le monde ne peut pas être physicien. Alors cessons de faire croire aux moches qu’elles ont leur chance dans l’univers de Naomi Campbell. Fait-on croire à Nabilla qu’elle a sa place dans une bibliothèque ? Bon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s