Billets de mauvaise humeur

Nabilla, ce génie.

Elle n’était pas la seule à rêver de strass et de paillettes. Pas la seule écervelée à pouvoir s’égosiller, nudité allant, en se demandant quelle était la 5ème lettre de l’alphabet. Pourtant, c’est elle qui a percé. C’est elle qui a provoqué un engouement tel que, après une tentative d’homicide (aussi involontaire soit-elle), des milliers (millions!) de jeunes continuent à l’admirer. Pourquoi? 

Ode au vide 

Le talent de Nabilla, c’est qu’elle n’en a pas. Ce n’est pas une artiste. Elle ne sait pas chanter, pas écrire. A vrai dire, c’est à peine si elle sait parler. Pourtant, elle a su faire de son inconsistance un commerce. Car, avant tout, Nabilla, c’est le peuple. Tout du moins, la partie désillusionnée du peuple. Ce sont ces milliers d’ados, un peu mignonnes, un peu coconnes, qui pensent que les programmes de télé-réalité sont une aubaine qui va les sauver de leur vie morose et les propulser au devant des projecteurs. Nabilla, c’est l’idole de ces jeunes filles qui ont été accompagnées dans leur évolution par ces « clashs » télévisuels scénarisés de plus en plus nombreux. Cette fille qui n’est rien, qui n’a rien si ce n’est des seins refaits, mais qui, dans la conscience d’une gamine de 16 ans aveuglée par sa paresse intellectuelle, s’en est sortie. Pourquoi étudier, si l’on peut être Nabilla ? Pourquoi chercher la profondeur, si, lorsque l’on énonce, les seins à l’air, dans un confessionnal, tout ce qui nous passe par la tête, on peut amasser des sommes d’argent plus importantes que les grands hommes d’affaires ?

Bête, mais pas folle. 

Si Nabilla semble avoir laissé ses neurones sur une table d’opération chirurgicale, elle n’en demeure pas moins censée. Brevet déposé sur le célèbre « Non mais allo! », placements de produits, défilé pour les plus grands créateurs, l’idiote des jeunes semble juridiquement calée. Ou bien entourée?  En tous les cas, de celle qui faisait l’apologie de l’inculture à une biographe qui fait étalage de sa vie dans un livre paru aux Editions Robert Laffont, il n’y a qu’un pas. Un pas à la semelle rouge et aiguisée.

Le reflet d’une époque ? 

Alors que de moins en moins s’autorisent à émettre une critique négative sur celle qui est devenue un emblème, Nabilla est suscitée partout. Dimanche dernier, c’était elle qui était le portrait de la semaine dans Sept à Huit. Abordant un look de femme rangée, elle parlait de son histoire. Comme si, au même titre qu’un acteur ou quelqu’un qui avait vécu de grandes choses, partager son expérience représentait quelque chose de légitime.

N’est-ce pas le reflet d’une certaine hypocrisie ? Les programmes d’informations oublient-ils leur rôle premier au profit de ce qui fait vendre? En l’occurence, est ce la bêtise, ou la soif de rédemption, qui est si vendeuse?

De la bêtise au génie 

Et si, après tout, Nabilla avait assez de second degré, d’autodérision et, dans un sens, de talent- pour se mettre en scène ? Et si ses mythiques citations étaient savamment calculées ? Et si, en vérité, Nabilla était une avant gardiste, une reine de la com’, celle qui savait avant tout le monde la recette de la notoriété du 21ème siècle ? Après tout, l’ancienne star de la télé réalité a peut-être tout simplement compris que la bêtise était une machine à fric. Celle qui a décelé qu’à l’époque des générations ultra connectées, il fallait créer LE buzz relayé sur la toile. Aussi stupide soit-il.

Une star est née. La star du non-talent. La star de la frivolité. Celle qui a su commercialiser sa stupidité. Doit-on s’en inquiéter? Oui. Car entretenir le mythe de Nabilla, c’est entretenir celui selon lequel il faut peu de qualités et beaucoup de silicone pour devenir quelqu’un.

Publicités

Une réflexion sur “Nabilla, ce génie.

  1. C’est le fonctionnement d’un monde celui du star systeme qui n’a aucun complexe à mettre en avant une jeune femme qui n’est certes pas une lumiere mais qui a une image exploitable et rentable car ce qui est le plus important c’est ce qu’elle rapporte.
    Le show biz aime les starlettes idiotes qui s’assument.Pas besoin d’être un cerveau pour comprendre ça.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s