Billets de mauvaise humeur

Une ambition intime : chez M6, rien de nouveau

On en avait beaucoup entendu parler grâce ou à cause d’une promotion omniprésente sur les chaînes concurrentes. A 20h50, ce dimanche et pour les dimanches à venir, « une ambition intime », émission dite politique présentée par Karine Lemarchand, démarrait.

Faire parler de sa vie personnelle et pas de ses plans de carrière à un homme en campagne : un concept novateur dont l’animatrice n’est pas peu fière. Nonchalamment postée dans un appartement cossu Parisien, elle interroge ceux parmi lesquels figure peut-être le prochain président. Tout est préparé : les petits portraits de famille sont parsemés ça et là dans la pièce, la bouteille de bon vin est débouchée, et son sourire pousserait un martyre à renoncer.

Mais le but, ici, ce n’est pas de parler de la courbe du chômage, de l’immigration ou du mariage pour tous. Karine, ce qu’elle aime, c’est l’amour. Elle aime bien parler sexe, aussi. C’est son truc, les bavardages sans artifices. D’un agriculteur en salopette et bottes de caoutchouc à un politique au costard repassé, il n’y a qu’un ton : celui, amical, qui amène aux confessions.

On commence par Nicolas Sarkozy. Pour Karine, ca sera juste « Nicolas ». On lui montre des vidéos de ses fils, qui racontent la difficulté d’être « fils de » au collège et dans la société. Ils évoquent l’admiration qu’ils ressentent pour papa. On pleurerait presque, mais ce n’est pas fini. Carla vient nous asséner le coup de grâce. Détendue dans ce qui semble être sa chambre (guitare hors de prix accrochée au mur, bazar organisé : pas de doutes, une belle chambre de bohème pas du tout mise en scène), elle se livre à une psychanalyse au sujet de son tendre époux. S’il est si respectueux des femmes, c’est parce qu’il voue un amour sans failles à sa génitrice. Ca y est, on est en larmes. C’est pourtant loin d’être terminé.

Une ambition intime.png

Arrive Montebourg. Pour ce dernier, on mettra en valeur son statut de self-made-man. « J’étais un Bourguignon, petit fils de boucher, débarquant à Paris » se livre le pauvre homme. Décidemment, que d’émotions. Karine, flattée mais pas rassasiée, insiste. Sa force à lui, c’est celle de ne pas être issu de la bourgeoisie. Quel talent, quel courage !

Montebourg une ambition intile.png

Puis, au long de cette première partie de soirée, ça continue : on appuie sur les points positifs qui rendent le parcours flatteur. On tente d’extirper une émotion positive au téléspectateur. On recherche sa compassion en s’essayant à la psychologie. On espère que celui qui regarde, empathique mais pas dupe, comprendra. Cela ressemble à un pardon déguisé par des phrases et des situations clichées.

Marine Le Pen, par exemple. Elle a grandi seule avec ses sœurs. Parents absents. « Vous prendrez bien un verre de vin, Marine ? », insiste Karine, qui tente de saouler ses convives à chaque interview. L’alcool, justement. Marine en serait une consommatrice fréquente. Elle aimerait la fête et les hommes. Serait une bonne vivante, finalement. Marine est une femme presque comme les autres.

Une-ambition-intime-M6-Marine-Le-Pen-et-Nicolas-Sarkozy-pour-la-premiere-de-Karine-Le-Marchand-le-9-octobre_reference.jpg

Inutile alors d’avoir étudié la psychologie pour comprendre la grossière portée de l’émission : humaniser des hommes et des femmes que plus personne ne considère.

 Leur faire parler de leurs déconvenues, de leurs situations amoureuses ou de leurs familles est-elle le remède aux maux de tête qu’ils provoquent ? Sûrement pas.

Cette stratégie de dédiabolisation, en plus d’être grossière, est excessivement insultante.  C’est comme si les médias tentaient à leur tour de nous prendre pour des abrutis.

Le public d’M6, large ensemble hétérogène, est par déduction constitué de nombre de spectateurs dont le parcours fût parsemé de plus ou moins grosses embuches. Dettes, deuils, ruptures. Nous sommes tous victimes de l’expérience, en somme. Alors, quand Bruno Lemaire nous parle des difficultés à vivre normalement lorsque l’on est trop grand, on a juste envie de le gifler.

A défaut d’avoir redoré leur blason, les invités d’ « une ambition intime » ont joué un remake de téléréalité gênante, où la seule chose flagrante fût leur narcissisme exacerbé.

 

Publicités

2 réflexions sur “Une ambition intime : chez M6, rien de nouveau

  1. Pingback: A l’Ouest, rien de nouveau …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s