Introspection

Bonjour à tous mes fans,

Ceux qui le sont déjà, ceux qui ne savent pas encore qu’ils le sont, et ceux qui le seront dans tous les cas.

Je vous vois déjà soupirer, derrière votre ordinateur parsemé de stickers grossièrement personnalisés :  « Que diable nous vaut l’arrivée de cette énième blogueuse au sein d’un marché déjà saturé »  ? Face au nombre avancé d’ « écrivains » publics déjà présents sur la toile, je vous permet certes de remettre en cause ma légitimité. Il est vrai que je n’ai guère de plus-value.

Je peux cependant dès lors vous assurer que :

  • Je ne vous imposerai pas mon total look rétro de la semaine
  • Je ne publierai pas de tutoriel sur « comment réussir un chignon banane en moins de 7 minutes »
  • Je ne partagerai pas chacune de mes photos de voyage surtrafiquées portant pour titres « You only live once »
  • Je ne vous donnerai pas de leçons concernant l’adoption du « healthy way of life »
  • J’aime écrire et sais critiquer.  Ou l’inverse.

Si je devais justifier mon apparition sur la scène 2.0, je dirais que je ressens un besoin compulsif de commenter ce qui m’entoure. Du Hipster ringard à la Top-Model discount, je me plais à émettre des critiques négatives sur le monde dans lequel j’évolue. Mon psy appelle ça de la sociopathie, mais je préfère appeler ça de la lucidité. Attention cela-dit ! Je ne suis pas en train d’assurer que les sujets que je traite sont les seuls et uniques à représenter le monde actuel. Je me contente uniquement de commenter les phénomènes qui m’intriguent, m’interpellent ou m’affligent.

Je n’essaie ni de persuader, ni d’influencer. Je n’ai pas la prétention d’avoir ces pouvoirs. J’émets simplement mon opinion, souvent cynique, toujours désabusée. 

Contrairement à la plupart des bloggers, je n’essaierai en rien de fidéliser les internautes en leur offrant des codes promos (désolé) obtenus grâce à des partenariats, en les flattant, ou en usant de topics dans le vent. Je ne mettrai même pas le lien de mon compte instagram (enfin, pour ceux que ça intéresse quand même, le voici juste au cas où).

Mais après tout, qui m’a demandé de me justifier ?

Publicités