Derniers Articles
Healthysation de la société : le politiquement correct (et les bobos) nous tueront.
Billets de mauvaise humeur

Healthysation de la société : le politiquement correct (et les bobos) nous tueront.

La planète est en train de partir en lambeaux et ses occupants avec. Certains d’entre eux usent de stratégies variées bien moins fun qu’une bonne cuite ou un saut en parachute pour noyer la platitude de leur vie. Ils se font chier et nous font chier aussi. Malheureusement pour eux, bouffer un infâme tofu sans goût … Lire la suite

L’Amant Double : pourquoi le gode ceinture ne suffit pas à faire de Ozon un féministe
L'art au service de la phobie sociale.

L’Amant Double : pourquoi le gode ceinture ne suffit pas à faire de Ozon un féministe

Chloé a mal au ventre depuis des années, un mal inguérissable, un mal qui vient de la tête, lui dit sa gynécologue.
Alors, elle va consulter un psychiatre. Elle lui raconte, pèle mêle : son rapport au désir, à l’apparence, le fait qu’elle aime, depuis l’adolescence, que les autres la regardent mais pas qu’ils la touchent. Le tout, avec une voix basse, très basse, monocorde. Fragile, Chloé est fragile. Lire la suite

J’ai 25 ans, je ne veux pas d’enfants et tout va bien, merci.
Billets de mauvaise humeur

J’ai 25 ans, je ne veux pas d’enfants et tout va bien, merci.

J’ai 25 ans et je ne veux pas d’enfants. « Toujours pas ? », les gens me demandent avec un air interloqué. Puis, ils ajoutent : « ça viendra », pour me rassurer, mais aussi et surtout pour se rassurer. Rejeter la maternité, c’est violer la norme. Rejeter la maternité, c’est mépriser le bonheur supposé de ceux avec qui nous partageons notre vie quotidienne. Rejeter la maternité, ce n’est pas normal. Ne pas être mère, ne pas le vouloir, est considéré comme une transgression. Et toi, ça va sinon ? Moi ça va très bien, je vous assure. Et même si l’on suppose à celle qui ne veut pas enfanter un passif douloureux ou une défaillance physique, croyez-moi, ça va on ne peut mieux. Ne pas vouloir être mère ne relève pas nécessairement d’un traumatisme ou d’une soif de révolte. Tout le monde peut s’octroyer le droit de ne pas rendre la vie qu’on lui a donnée. Peu le font. Lire la suite

Le faux bilingue.
L'enfer, c'est les autres

Le faux bilingue.

Il parle mal anglais. Dans un pays anglophone, son niveau est si médiocre qu’il arrive à peine à donner son adresse à un chauffeur de taxi. Il regarde des séries en VO, mais il laisse les sous titres, car sinon, il n’y comprend rien. Pourtant, dans la vie quotidienne, il s’adonne à un petit tic de langage des plus exaspérants : il ponctue ses phrases d’expressions ou de mots anglais, en les prononçant de préférence à l’américaine. Lire la suite

DLJDO : Addiction sexuelle et femme mariée
L'art au service de la phobie sociale.

DLJDO : Addiction sexuelle et femme mariée

Adèle est une femme qui ressemble à des milliers d’autres. Elle est élégante, fine, discrète. Elle représente aisément la Parisienne bourgeoise telle que l’on se l’imagine. Elle est mariée à un médecin, et, ensemble, ils ont un fils. Elle même est journaliste. Pas de quoi se plaindre, donc ? Ou au contraire, de quoi se plaindre de tant de conditionnement ? Lire la suite